Des clients mécontents chez Orange

Sur l’Issoudun, il est question de près de 1.800 clients Orange qui seraient restés sans téléphone et sans internet la nuit du vendredi dernier. Que s’est-il passé ? Comment la société a-t-elle pu réagir face à ce dilemme ?

Comment cet incident a-t-il pu arriver ?

Ce vendredi dernier, sur l’Issoudun, plus exactement au niveau du boulevard Marx-Dormoy, 1.800 clients Orange se sont retrouvés sans téléphone fixe et sans internet pour la bonne raison qu’un câble fut rompu.

Lors de quelques travaux de forage sur le boulevard, un câble responsable d’alimenter 1.800 paires, comme on aime les appeler dans le milieu, fut touché, puis sectionné. La transmission fut également rompue ensuite, pour mettre Orange dans une situation délicate auprès de ses clients.

Comment était-ce la réaction d’Orange ?

Dans un monde où internet est devenue essentielle pour rester connecté, Orange s’est retrouvée rapidement dans un combat acharné pour réparer ce câble. Malheureusement, la réparation ne peut se faire instantanément, mais nécessite plutôt des heures de travail, voire même des jours non stop. D’ailleurs, dès que l’anomalie fut détectée, des techniciens y travaillent de façon continuelle pour repérer le câble touché pour le remplacer tout entier.

280m, ainsi est la longueur des câbles qui furent remplacés pour réparer celui touché. Il faut également les relier avec ceux des foyers. Toute l’opération nécessite près de deux jours de travail acharné pour que ce soit rétabli, selon le porte-parole de la société. Pourtant, ce n’est pas l’avis des clients qui estiment qu’ils sont mal informés de la suite des évènements.

1.800 clients mécontents pour Orange

Plusieurs témoignages expriment leur colère contre cet incident. Il est vrai que les incidents techniques peuvent survenir à tout moment, mais l’opérateur aurait dû être plus avenant sur le sujet. D’ailleurs, plusieurs commerces et entreprises sur le boulevard Marx-Dormoy n’ont pas hésité à exprimer leur mécontentement.

Le café-tabac Le Brazza, dont le propriétaire est Jean-Noël Guyot, ne pouvait plus effectuer de commandes ni même en valider d’autres, puisque tout le commerce était bloqué durant ces deux jours. Il fut le cas aussi du salon de coiffure Saint Algue qui ne pouvait plus recevoir les appels de leurs clients habituels ni même confirmer les rendez-vous.

Tout le monde s’attend à ce que le problème soit réglé le plus tôt possible pour pouvoir reprendre leur activité comme il se doit.

Aucun commentaire

      Laisser un commentaire